HomeGalleryFAQSearchRegisterLog inUsergroups

Welcome, Bienvenu, Benvenuto, Willkommen, Witamy, Добро пожаловать !



Share | 
 

 "Le Figaro" on 08. and 09. 09.13

View previous topic View next topic Go down 
AuthorMessage
*JaRoWi1647*
Admin


Posts : 1372
Join date : 2009-11-03

PostSubject: "Le Figaro" on 08. and 09. 09.13   10th September 2013, 20:33

Two articles in " Le Figaro" about  castrati etc .

[You must be registered and logged in to see this link.]

Quote :
Patrick Barbier, historien et musicologue nantais, revient sur le pouvoir de fascination qu'exercaient ces chanteurs capables de composer vocalement l'inconciliable trilogie homme-femme-enfant.

Auteur de l'indispensable Histoire des castrats Grasset), ainsi que de deux autres ouvrages sur le sujet (Farinelli, le castrat des Lumièreset Naples en fête), l'historien et musicologue nantais s'est penché pour Le Figaro sur la dimension psychologique et sociologique que revêt la figure de ces stars de l'opéra.

LE FIGARO. - Pourquoi le castrat fascine-t-il au XVIIIe siècle?

Patrick BARBIER. - Sur le plan intellectuel, il incarne une forme de surhomme. Un homme féminisé, qui a gardé sa voix d'avant la puberté. Le seul être capable de réunir l'inconciliable trilogie homme-femme-enfant. Sur le plan sociologique, les castrats représentaient aussi un modèle d'ascension sociale, la plupart d'entre eux étant issus des milieux les plus modestes.

On parle d'évanouissements dans le public lorsque les castrats chantaient… N'est-ce pas exagéré?

On associe souvent la pâmoison à une convention sociale. En réalité, si l'on s'évanouissait, c'est tout simplement parce que l'on avait littéralement le souffle coupé. Aujourd'hui, nos oreilles sont habituées aux sons extrêmes. Mais à l'époque, les extrêmes, notamment l'aigu, constituent encore à l'opéra un territoire à conquérir. On peut donc imaginer que ces passages incessants d'un extrême à l'autre devaient paraître pour certains irréels, à la limite du supportable.
«Sur les milliers de castrats en activité au cours du XVIIIe siècle, une vingtaine atteignit une renommée comparable à celle de Farinelli et Caffarelli»


Ne faut-il pas aussi parler de fascination morbide?

On ne peut minimiser la barbarie de l'opération que subissaient les castrats avant la mue, et qui toucha des milliers d'enfants. Mais on relit aujourd'hui leur destin à la lumière de notre pensée contemporaine. Le castrat malheureux de son sort, sacrifié sur l'autel de la Beauté, est une idée reçue. Au début des Lumières, on fait peu cas des enfants. En dehors des aînés, la plupart sont considérés comme une charge et leur abandon est fréquent. Pour beaucoup, devenir castrat constitue une échappatoire.

Y a-t-il d'autres idées reçues?

La superdiva. Seuls quelques castrats sont les Michael Jackson d'autrefois. Sur les milliers de castrats en activité au cours du XVIIIe siècle, une vingtaine atteignit une renommée comparable à celle de Farinelli et Caffarelli et ils n'étaient guère plus capricieux que nos vedettes de cinéma. Les autres finissaient dans des rôles comiques ou des chœurs paroissiaux.

Et leur sexualité?

Là encore, l'homosexualité présupposée des castrats est une légende. La plupart étaient des hommes à femmes. Certains furent mariés à des protestantes, car le catholicisme interdisait le mariage des castrats. Caffarelli était quant à lui un fameux coureur de jupons. Pour une femme d'une certaine sophistication, avoir une histoire avec un castrat représentait le fantasme ultime: la garantie d'une aventure avec une vedette de la scène… Sans le risque de tomber enceinte!
[You must be registered and logged in to see this link.]

Quote :
En l'absence de trace sonore fiable, l'informatique a été d'un grand secours pour reconstituer la voix du mythique Farinelli, dans le film  de Gérard Corbiau, sorti en 1994.

Qui se souvient encore d'Alessandro Moreschi? Celui que l'on surnomme «le dernier castrat du Vatican» fut le seul à laisser une trace discographique de ce que pouvait être la voix d'un castrat… Trace qui fait toujours débat. Réalisés entre 1902 et 1904 à la chapelle Sixtine (la gravure sur disques plats n'en était qu'à ses balbutiements), «ces enregistrements se firent devant un cornet acoustique qui captait fort mal les harmoniques aigus. Ils ne sauraient donc rendre justice à la voix de Moreschi», estime le musicologue Patrick Barbier. Et même si Moreschi, selon certains témoins, laissait la basilique Saint-Pierre en larmes lorsqu'il chantait, «on peut supposer, compte tenu de la baisse avérée du niveau du chœur de la chapelle Sixtine, qu'on était à mille lieues de ce qu'était la voix de Farinelli un siècle et demi plus tôt.»

En l'absence de trace sonore fiable, c'est donc avec le concours de l'informatique que les équipes du film Farinelli s'évertuèrent, en 1993, à reconstituer la voix du mythique élève de Porpora. Plus précisément dans les studios de l'Ircam, Institut de recherche et coordination acoustique/musique fondé par Pierre Boulez. «La technique propre à la physiologie des castrats nous imposa deux défis techniques, se souvient Xavier Rodet, qui collabora au projet. D'une part, il fallait retrouver une tessiture capable de couvrir quatre octaves, ce qui ne pouvait alors être obtenu qu'en mixant deux voix différentes: une femme soprano et un homme contre-ténor.» Au total, il ne faudra pas moins de 3000 points de montage pour mixer les deux voix.

________________________________
" J’essaye de contrôler mon image et je ne vois pas pourquoi je parlerais de ma vie privée ou pourquoi je devrais faire connaître publiquement mes choix politiques ou autres." ©
Back to top Go down
 
"Le Figaro" on 08. and 09. 09.13
View previous topic View next topic Back to top 
Page 1 of 1
 Similar topics
-
» The operas of Phantom
» Articles in Le Figaro about the counterweight accident at the Paris Opera in 1896

Permissions in this forum:You cannot reply to topics in this forum
 :: The Voice.-
Jump to: